Langue d’Oc

« Avec un passé mort, on ne peut avoir qu’un avenir mort » (Carlos Fuente)

 

La question de la langue et de la culture occitanes n’est pas une question décorative, un ornement pour l’Aveyron. Elle touche au fond à l’image qu’il a de lui même et qu’il donne aux autres.

La langue et la culture occitanes sont patrimoine régional. Elles sont aussi patrimoine de l’humanité avec ce qu’elles ont apporté à la civilisation occidentale : littérature, poésie, renouvellement de la conception de l’amour, des rapports entre homme et femme, liberté de conscience, accueil de l’autre et convivéncia, qui est l’art de vivre ensemble avec nos différences et non malgré elles. Elles sont encore avec des artistes, des auteurs comme Jean Boudou ou Max Rouquette, créatrice au plus haut niveau.

Mais ce patrimoine est aujourd’hui en grand danger. On le constate dans la vie de tous les jours : au pays de Jean Boudou et de Justin Bessou, la transmission de la langue n’est plus assurée. En perdant son patrimoine, notre région s’appauvrit. Elle perd aussi ce qui l’identifie, ce qui est dommageable dans un monde globalisé où l’identification est la condition de la communication. Économie et tourisme ont besoin d’une culture vivante, dynamique, qui porte, dans l’avenir la richesse de son passé, de son folklore et d’une façon originale d’être et de vivre.

La coordination occitane du Rouergue La coordination occitane du Rouergue regroupe les associations culturelles, les artistes professionnels, les enseignants d’occitan de l’Aveyron. Son objectif est d’aider les élus et décideurs à forger un plan d’avenir de la langue occitane, réfléchi et cohérent, avec des objectifs ambitieux mais réalistes. Elle a impulsé, avec l’appui très fort de René Quatrefages, président de la commission culturelle du Conseil Général, un plan départemental de transmission de la langue, inscrit dans l’objectif Aveyron 2011, ainsi que le lancement d’une action de formation de formateurs. Les actions de transmission de la langue dans les écoles primaires de l’Aveyron.C’est le Centre culturel occitan du Rouergue, qui a été choisi, en 2003, comme organisme porteur de cette action, aujourd’hui confiée à une association spécifique, l’Association départementale pour la transmission et la valorisation de l’occitan en Aveyron. Concrètement, il est proposé aux classes, de la maternelle au CM 2, une intervention hebdomadaire d’une durée de 20 à 50 minutes. L’objectif de ces animations est centré sur l’apprentissage de la langue avec des méthodes adaptées à l’âge des enfants. L’intervenant mène ses activités en immersion dans la langue. Les enfants apprennent d’abord des comptines, des jeux, des poèmes, des chants, puis, petit à petit, commencent à s’exprimer eux-mêmes. Ils entendent l’occitan comme langue de culture, mais aussi de communication, de créativité et d’ouverture vers les langues voisines. Les maîtres restent présents, participent aux activités, en valorisent le contenu en le réinvestissant au cours de la semaine. La compétence de ces animateurs est reconnue et validée par le Centre de formation professionnelle occitane de Béziers et par les conseillers pédagogiques d’occitan de l’Aveyron, Alain Marc et Colette Paillasse. Au cours de l’année scolaire 2004-2005, 2405 élèves répartis dans 131 classes de 58 écoles maternelles et élémentaires ont bénéficié de cette opération. Ce qui représente 15 % des écoles et 9,8 % des effectifs de l’ensemble du département. Neuf animateurs formés par le C.F.P.O. et répartis dans des secteurs géographiques différents ont assuré les interventions (2345 interventions d’environ 30 minutes chacune).