Le village de Caves d’Entre-Deux-Monts, un témoin de l’histoire

Le village de caves d'Entre-Deux -Monts

La création du vignoble de la haute vallée du Tarn remonte à l’époque gallo-romaine. Son vin abreuvait la multitude des ouvriers, artisans, commerçants travaillant pour l’industrie de la poterie de la Graufesenque (Millau).

En 1353, la réputation du vin de la région était excellente, il fut même retenu pour approvisionner la table des papes d’Avignon et dénommé « le gamet du Pape ». Les registres des impôts nous enseignent que, lors de la guerre de 100 ans, les côteaux de la région étaient couverts de vignes, en cépage « Gamet ».
Cette époque voit l’apogée du village de Compeyre qui, grâce à ses caves aux qualités exceptionnelles et bien protégées dans les remparts, a le monopole de l’élevage du vin. Mais lors de la prise du village, pendant les guerres de religion, « le vin et le sang mêlés ruisselaient par les calades ». Alors commence le déclin de la ville.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, temps de paix, la viticulture était la principale ressource de la région, de nouveaux lieux favorables à l’implantation de caves furent trouvés, et les villages de la haute vallée du Tarn construisirent leurs propres villages de caves. Le village d’Entre-Deux-Monts est le plus typique.

 

Le village  :

Les caves du site d’Entre-Deux-Monts servaient aux vignerons du village de Fontaneilles. Dans le village, on compte 29 caves, plus deux ou trois en ruines. Certaines sont datées : 1735, 1779…
Elles épousent la pente et se fondent dans le paysage.
Toits de lauze, portes basses en arcs ou à linteaux plats, murs mitoyens et toits communs ; on a l’impression que les constructeurs ont voulu économiser la surface au sol.
Le mur en face de la porte d’entrée est, souvent, constitué des bancs de rocher.
Les portes sont en planche de peuplier, souvent elles ont une double paroi ; à l’extérieur les planches sont à l’horizontale, à l’intérieur à la verticale. Elles sont conçues pour un maximum de fraîcheur tout au long de l’année, ce qui permettait de conserver le vin tout en le bonifiant. Dans chaque cave, on trouvait 3 à 4 foudres (vaissels) contenant 10 à 40 hectolitres de vin.
C’était le lieu d’une vie communautaire intense. Certains dimanche les familles s’y retrouvaient pour casser une croûte et goûter le vin, les chants et les bonnes histoires fusaient. Pour plus de commodité un siège et une table de pierre étaient scellés dans le mur. Pour procurer de la fraîcheur, un fruitier était planté devant la cave.

Une cave du village de caves à vins d'Entre-Deux-Monts

 

Le site :

La géologie de cette région des Grands Causses s’est formée à l’ère secondaire par des dépôts marins dans un golfe. Puis l’érosion a fait apparaître des buttes témoins séparées des plateaux karstiques, tels les Puechs de Fontaneilles et de Suège.
Dans la suite des temps géologiques, différents mouvements de terrain affectèrent le paysage.
C’est sur ces terrains que se sont souvent installés les villages de caves de la haute vallée du Tarn, profitant des failles (fleurines) créent par cette histoire géologique. Elles procuraient une ventilation constante au cours de l’année et assuraient une température idéale pour la conservation des vins.
Les caves semi-troglodytiques du village de caves d’Entre deux Monts sont installées en plein courant d’air au lieu dit de la Frégière. Tous les vents se croisent au col d’Entre-Deux-Monts : vent du nord, sec et froid, vent du midi, apportant l’humidité et la douceur de la méditerranée, vent d’ouest chargé de pluieSituées entre les buttes témoins du Puech de Fontaneilles et du Puech de Suége à une altitude comprise entre 1680 et 690 m, elles s’adossent au nord-ouest de la butte de Suège dans une zone d’éboulis superposée à des couches argilo-marneuses instables. Au nord, elles dominent la vallée du Tréban et le village du Bourg sur les contreforts du Causse de Sauveterre et au sud les coteaux de Fontaneilles et la vallée du Tarn qui longe les falaises du causse Noir.

Le renouveau du vignoble :

Jusque dans les années 50, le raisin était vinifié dans les maisons des vignerons dans les villages, puis à la fin de l’hiver le vin une fois reposé, était amené dans les caves pour y passer l’été au frais. De 1880 à 1890, catastrophe, le Phylloxéra détruit le vignoble source de richesse. La vigne sera replantée rapidement, au détriment de la qualité, avec des cépages productifs.
Dans les années 50, le vignoble décline rapidement, seuls, quelques fervents viticulteurs et techniciens entreprennent de replanter des cépages à même de redonner aux vins de la région leur gloire d’antan. En 1973, se constitue une cave coopérative et en 1994, l’Appellation d’Origine Vin Délimité de Qualité Supérieure « Côtes de Millau » (A.O.V.D.Q.S.) est obtenue. La qualité retrouvée permet, depuis, un regain de cette culture de tradition.

Association de Sauvegarde des Caves à vin d’Entre-Deux-Monts,
Fontaneilles 12640 Rivière sur Tarn


Bibliographie :
Maison de la vigne, exposition au presbytère de Compeyre.
Compeyre : Sauvegarde du Rouergue, n° 33
Les caves à vin de la vallée du Tarn : Sauvegarde du Rouergue, n°35, 9, rue Séguy 12000 Rodez
Peyreleau, Al canton, édité par la mission départementale de la culture, Av. Victor Hugo, 12000 Rodez
Bâtis emblématiques des paysages de l’Aveyron, réalisation : CAUE, Bd Laromiguière, 12000 Rodez
Sauvegarde des caves à vin de Boyne, édité par l’association de sauvegarde des caves à vin de Boyne